voyons-vert

voyons-vert

L'Afrique australe sous le désastre du cyclone IDAI

Le Mozambique, le Zimbabwé et le Malawi sont les trois pays concernés par les inondations qui ont actuellement cours dans la partie sud de l'Afrique. Cette catastrophe humanitaire est l'effet du cyclone qui a frappé ces pays, sous des pluies torrentielles et continues. A l'heure actuelle, l'on compte déjà plus de 300 victimes avec des prévisions d'une augmentation alarmante de ce chiffre. Sur le terrain, les populations se débrouillent pour faire face au désastre. Le plus difficile reste l'évacuation des zones affectées par la montée des eaux. 100 Km2 de terre totalement submergée d'eau laisse tout simplement sans voix. Le cyclone ayant aussi détruit beaucoup de biens, les maisons particulièrement. Les victimes encore en vie courent toujours un grand danger.

 

190318150223-09-cyclone-idai-exlarge-169.jpg

Vue aérienne des dégâts du cyclone IDAI

 

Ce désastre est vécu par ces pays au moment où dans un autre pays voisin, au Kenya, se tenait tout récemment le sommet "one planet" qui tablait sur les urgences liées aux changements climatiques et les moyens concrets de lutte. Bien qu'en apparence feutrée, cette rencontre internationale traitait de questions à prendre vraiment au sérieux. La lutte contre les changements climatiques est bel et bien une question de vie ou de mort comme nous le constatons tous. Le risque climatique est aujourd'hui clarifié avec cette énième catastrophe qui s'abat sur les plus vulnérables. Les populations sinistrées dans ces trois pays sont d'ailleurs dans un manque criard de moyens de secours. L'ampleur des dégâts le montre suffisamment.

 

Les changements climatiques dérèglent l'enchainement normal des saisons et intensifient les intempéries. Le cyclone IDAI en est une illustration grossière. Les sinistrés ont énormément besoin d'aide. La mobilisation doit suivre l'ampleur du problème. Les actions en amont n'éviteraient pas ce genre de phénomène mais assureraient des réponses adéquates. Prévoir les moyens d'adaptation en cas de catastrophe naturelle/climatique est donc la moindre des choses, prévoir, prévoir, prévoir.

 

 

William Doncheu, Managing Editor



20/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres